Paradoxe : l’écologie et le Web sont-ils soutenables ensemble ?

Les écologistes sont dans un paradoxe qu’ils doivent pouvoir assumer. Mais ce paradoxe est-il surmontable ?

Il y a depuis quelques années de nombreuses études sur l’informatique et les conséquences écologiques des nouvelles technologies. Soit, mais les écologistes peuvent-ils encore communiquer s’ils s’excluent des usages sociaux électroniques (email, forum, réseaux sociaux, presse électronique, site Internet engagé, etc…) ?

Un article du Monde (consulté le 2 oct. 2011 mais la date ne figure pas sur l’article) Une recherche Google a un coût… énergétique1 présente le cas de Google, mais qu’en est-t-il de Facebook, des sites institutionnels, et d’une manière générale des usages électroniques et des multimédias ? Combien d’écologistes possèdent une montre mécanique ?

Simples utilisateurs de cette nouvelle technologie, nous sommes harcelés dans notre quotidien sur le bon comportement écologique à avoir pour sauver la planète. Que font les industriels pour retrouver la qualité des produits électroniques que nous avions au temps de nos grands mères ? Sans être passéiste, il est facilement constatable qu’une machine à laver dure aujourd’hui 3 fois moins longtemps qu’une machine à laver achetée du temps de la Mère Denis. Il y a comme un consensus sur les produits issus de la technologie pour qu’ils deviennent des consommables. Si votre imprimante n’a plus d’encre, il est presque moins cher de racheter une imprimante, que de remplacer la cartouche d’encre.

À quoi jouons-nous ?

On va faire attention à l’eau que nous consommons lorsque nous faisons notre vaisselle  et passer 5 heures par jour sur Internet. C’est comme le nucléaire, c’est inodore, indolore, et peut-être plus nocif que le reste !

Voilà ! Je m’engage, et je suis moi-même dans ce paradoxe insoutenable… Ce n’est pas parce que je communique via un site Web que je me place hors de la société. Il est même de plus en plus nécessaire de partager de l’information via Internet pour rester dans la société. Cette posture n’exclut pas le téléphone mobile qui s’impose de plus en plus… Cela nous amène à la question : Peut-on encore vivre dans notre société si nous résistons aux nouvelles technologies ?

Quelques anecdotes : la mise à jour de son compte à la CAF ne peut se faire que difficilement via un formulaire papier, la recherche d’emploi au Pôle emploi se fait nécessairement via son site Internet, etc…

Une démarche qui engagerait un peu plus les industrielles et le monde du Web, c’est de pouvoir évaluer le coût énergétique de leurs produits et production et, comme pour les maisons, élaborer une grille de catégories pour situer le coût énergétique de chaque produit. Indiqué ce coût énergétique sur chaque produit en distinguant le type d’énergie engagé (eau, électricité nucléaire ou autres, énergie fossile, etc.).  Je pense que nous aurions de sacrés surprises dans la production de notre shampoing, nos chaussettes ou du livre numérique qui se développe de plus en plus.

  1. Si le lien de l’article sur le site du Monde ne fonctionne pas, vous pouvez récupérer l’impression à cette adresse Cout_energetique_de_google []
Télécharger une version PDF de l'article

One Response to “Paradoxe : l’écologie et le Web sont-ils soutenables ensemble ?”

  1. wilfrid writes:

    Aujourd’hui, je découvre ce lien assez révélateur sur la question de l’énergie consommée par le Web :
    http://future.arte.tv/fr/internet-gouffre-a-energie